Action sociale du Casip
Benevoles du Casip

Vacances … j’oublie tout

Enfin, bientôt les vacances et les joies du farniente ! Pourtant, confrontées à des situations difficiles ou à la maladie, beaucoup appréhendent ce moment : que faire des enfants ? Où aller ? Comment payer ? Au cœur du réseau social, le Casip a mis en place un éventail de solutions pour faciliter l’accès aux vacances !

Historiquement c’étaient surtout les enfants qui bénéficiaient du dispositif vacance. Mais, au fil des mutations sociales, les besoins ont augmenté et la nécessité de faire une pause dans un quotidien parfois très dur s’est imposé, pour une population beaucoup plus diversifiée et toujours plus importante.

POUR DES JOURS HEUREUX

« Dans les nombreuses familles que nous suivons, les enfants restent une priorité : on essaye de leur donner un temps de répit, un moment d’insouciance, parce qu’ils sont les premiers touchés par des situations familiales complexes toujours aggravées par le manque de moyens » explique Michèle Taïeb, l’une des responsables du Service Familial du Casip.

Départs en colos : la majorité des mouvements de jeunesse sont partenaires du Casip. Une fois par an chaque organisme annonce son programme et le nombre de places qu’il peut attribuer selon les tranches d’âge. Certains comme les EEIF ou Moadon offrent une vingtaine de places gratuites. En fonction de leur âge les enfants sont envoyés dans les différentes colonies ou camps de vacances, parfois même à l’étranger, et tout cela bien sûre dans l’anonymat le plus complet pour les jeunes concernés. « La solidarité fait partie des valeurs fortes de notre association » explique Audrey Abéasis, la directrice générale de Moadon « l’objectif c’est d’apporter de la joie à ces enfants aussi, ne serait-ce que le temps d’une colo. Cette année grâce à un très gros don on a pu doubler le nombre de places offertes : on est content !» D’autres encore, comme Yanniv, le DEJJ ou la Colonie Solidaire, offrent des réductions conséquentes. 245 enfants ont ainsi pu partir en colo en 2017.

Le gros succès des centres aérés d’été

« Pour les familles nombreuses, avec parfois10 ou 11 enfants, le coût d’une colo pour tous est inenvisageable » souligne Michèle Taïeb. Heureusement, il y a un réseau de centres aérés, principalement des Gan Israël, qui accueillent plus de 500 enfants à travers toute l’Ile de France, surtout les plus jeunes. Mais les budgets restent conséquents malgré les aides et les différentes bourses. Les vacances des enfants représentent un des axes majeurs de la politique sociale intercommunautaire et tous les organismes travaillent ensemble pour aider un maximum d’enfants : le FSJU subventionne les mouvements de jeunesse, et le Casip reçoit des dons de nombreuses associations comme ASA, ACTI ou encore Lev Tov… Malgré cela les budgets sont moins extensibles que les besoins et tous les dons sont toujours bienvenus. Cette aide aux vacances est aussi un outil au sein d’un accompagnement global : ces enfants doivent obligatoirement faire partie des familles suivies par les services sociaux du Casip tout au long de l’année. Et pour que les familles soient engagées, c’est aux parents de faire la demande et de remplir les dossiers.

Un ‘’projet familial’’ pour partir ensemble.

Cette fois c’est toute la famille qui est aidée pour partir quelques jours en France, dans un organisme partenaire à tarif réduit, une location modeste ou pour rendre visite à des parents. Là encore, c’est à la famille de préparer son projet de vacances. En Mai et Juin les dossiers passent en commissions pour valider leur faisabilité et le montant de l’aide accordée. Cela permet à beaucoup de familles de se retrouver, de passer du temps ensemble dans un environnement différent et d’engranger de précieux souvenirs !

VACANCES POUR TOUS !

Les vacances peuvent aussi devenir compliquées lorsque le handicap et l’âge imposent leurs contraintes. Faut-il pour autant y renoncer ? Les vacances adaptées sont désormais accessibles à beaucoup d’handicapés du fait de la loi sur l’égalité des chances mais aussi grâce à la solidarité citoyenne et aux organismes sociaux qui aident à financer ces séjours. Quant aux Séniors, qui voient leur population augmenter, ils ont aujourd’hui un très grand choix de destinations et d’accompagnements.

T’es CAP !

Au Casip, c’est l’équipe du foyer Michel Cahen pour adultes handicapés qui, forte de son expérience au quotidien, se mobilise pour organiser des loisirs en période de vacances « On a commencé par des sorties en extérieur dans des parcs d’attraction, au théâtre, au bowling ou sur des bases de loisirs, puis en décembre 2016 on s’est lancé dans des séjours » explique Noham Chamama, le directeur adjoint du foyer et responsable de ces séjours adaptés.

Service familial

Les départs se font en décembre ou en Août, destination Strasbourg, Center Parc ou le Futuroscope et même Barcelone ou New-York. Les participants sont une vingtaine, relativement autonomes et qui viennent de tous les horizons. Les séjours sont financés par les familles et si besoin par une aide du Pôle Handicap et du FSJU. Ils logent dans des AirB&B ou dans des gîtes, sont entourés d’une équipe d’animateurs spécialisés qui ont à cœur de relever le défi et de leur permettre de vivre des expériences à la fois stimulantes et valorisantes. (Cf. portrait ci-contre)

Au terme de plusieurs séjours les résultats sont là et l’intérêt se confirme : « ça les coupe de leur quotidien, et au retour on remarque qu’ils sont souvent apaisés, contents, parce que la maladie mentale créée énormément de stress » témoigne Noham Chemama. Prochain départ en Août pour la Rochelle, en bord de mer.

Le repos des Seniors !

Pour nos aînés le fait de partir ailleurs peut parfois être un facteur d’angoisse, mais souvent cela se révèle plus efficace pour leur santé et leur moral que tous les autres traitements. Le Pôle Sépia organise 15 jours en Aout à Istres, près de l’Etang de Berre en Provence. L’occasion pour les participants, tous retraités, de rencontrer des gens de leurs âges, de participer à des activités de groupes, avec des soirées animées et des promenades découverte : un vrai bol d’air. Enfin, le voyage EVA permet à des personnes âgées qui ont de très faibles revenus, de partir pour la première fois de leur vie en Israël, tous frais payés. Une tradition que le Casip entend conserver encore longtemps pour l’impact émotionnel et la joie que cela procure à tous ceux qui y vont.

Alors … Bonnes vacances à Tous !